Les droits de l’homme en Birmanie... mais pas en Chine !

Publié le par Cyril

Les gouvernements occidentaux ne seraient-ils "droit de l’hommistes" que lorsqu’ils ne trouvent pas d’intérêt au régime autoritaire?

La répression violente de l’opposition birmane par le junte militaire a provoqué immédiatement la condamnation de nombreux gouvernements occidentaux. Jusque-là rien d’anormal... au contraire on ne peut que saluer cette réaction vive.

Mais on est amené à se demander si cela n’est pas que de la poudre aux yeux. On n’entend pas les grands gouvernements à propos de l’absence des droits de l’opposition en Chine, en Russie ou en Lybie.

On ne peut s’empecher de croire que cela est lié à l’absence de grands intérêts financiers en Birmanie au contraire des trois autres pays que je viens de citer.

On peut lire sur le site du ministère des Affaires étrangères : "Depuis 1999, le montant des investissements directs étrangers est négligeable". [1]

M. Sarkozy a demandé immédiatement des sanctions contre la junte militaire birmane et aux entreprises françaises présentes de stopper tout investissement financier.

Mais cela ne le gène aucunement de serrer la main de M. Poutine qui maltraite l’opposition russe en interdisant systématiquement toute manifestation.

Et que dire de l’absence d’injonction envers la Chine de respecter les engagements concernant les droits de l’homme que ses dirigeants avaient pris afin d’obtenir les jeux Olympiques de Pékin.

Enfin, le président ne trouve rien à redire contre les investissements en Lybie et les encourage même.

Continuons à être la patrie des droits de l’homme et ce même quand cela dessert nos intérêts économiques.

[1] : diplomatie.gouv

Publié dans Politique et Société

Commenter cet article