Appel au Président et au gouvernement

Publié le par Clipperton

Monsieur le président, Mesdames et messieurs les ministres,

Changez de stratégie ! Mettez la négociation  et la pédagogie en tête de vos priorités.

A quoi sert de faire passer vos réformes si pour cela vous devez monter les français  les uns contre les autres?

Les étudiants "bloqueurs" contre les non bloqueurs,  les  bénéficiaires des régimes spéciaux contre les non bénéficiaires, les riches contre les pauvres, les fonctionnaires contre les salariés du privé, etc..

M. Sarkozy a obtenu 53% des suffrages à l'élection présidentielle, il possède donc une légitimité certaine mais on ne peut pas mettre de côté les 47 autres %.

Tous dans ces 47% ne sont pas envers et contre tout en dessacord avec le président de la république et son gouvernement. Comme il l'a de nombreuses fois répété il est le président de tous les français : il doit donc travailler avec toutes les sensibilités, et pas seulement avec ces 53% de français.

Bien sur cela passerait également par une meilleure représentativité de l'ensemble des sensibilités politiques des français. Cela est aussi valable pour les syndicats professionnels. Mais laissons le bénéfice du doute et espérons que les réformes à venir sur ces sujets combleront ces manques.

Ce n'est qu'en négociant avec l'ensemble des français (ou leurs représentants), tout en gardant l'exigence d'être réformateurs, que l'on peut obtenir l'adhésion d'une large majorité aux réformes. La négociation n'est pas l'ennemie des réformes!

Il faut prendre du temps pour expliquer aux français les réformes qu'on leur propose : la précipitation est l'ennemie des réformes car les français n'aiment pas qu'on leur impose des lois!


Et la france ne peut pas non plus se contenter de réformes de façade ! On ne peut pas traiter les régimes spéciaux sans remettre à plat tout le système des retraites (les réformes de 2003 sont bien insuffisantes), on ne peut pas traiter la démographie médicale sans revoir tout le système de santé, on ne peut pas imposer les franchises médicales sans s'interesser au financement global de la sécurité sociale, on ne peut pas supprimer des tribunaux en rentrant dans une simple logique comptable sans réfléchir aux conséquences pour les justiciables.

Revoyez votre manière de gouverner et utilisez votre légitimité à bon escient, sans oublier les français qui ne pensent pas comme vous. Tous les projets du gouvernement à venir doivent répondre aux exigences de démocratie et de respect de notre devise "liberté, égalité, fraternité".

Publié dans Politique et Société

Commenter cet article